KONICA MINOLTA DIGITAL CAMERA

Riceviamo e volentieri pubblichiamo.

Les débats qui ont régulièrement lieu au sein de la communauté universitaire et au Parlement ont montré, à travers les multiples prises de paroles et témoignages, que les modalités de recrutements des Maîtres de Conférences (MCF) et des Professeurs des Universités (PR) sont dysfonctionnelles.

En cause notamment, le localisme et les recrutements arrangés par des comités de sélection ad hoc. Presque tous les observateurs appellent à ce que ces modalités soient entièrement revues car elles pénalisent bon nombre de candidats de valeur qui ne trouvent pas de poste faute d’appartenir au bon réseau ou d’être le candidat « local ». Le gouvernement a commandé un rapport visant à réformer ces modalités.

Par ailleurs, à une époque où la baisse des postes publiés est de plus en plus significative et où dans ce que l’on appelle les petites disciplines on est confronté pratiquement au néant, cela devient particulièrement urgent. Si on a désormais décidé de se passer de certaines disciplines, il faut au moins trouver des solutions pour celles et ceux qui sont déjà en poste.

Nous souhaitons attirer votre attention sur la situation particulièrement pénible des Maîtres de Conférences-Habilités à Diriger des Recherches (MCF-HDR) qualifiés, (dont certains ont atteint l’échelon Hors-classe (HC)), et qui se sont prêtés à la procédure des concours de PR. Ces personnes ont déjà fait la preuve de leur expérience et de leur engagement dans l’Enseignement supérieur et la recherche aux côtés de leurs collègues PR, pendant de nombreuses années, mais se trouvent plongées dans une situation de fragilité institutionnelle. Ils assument des tâches qui incombent à des PR (direction de thèse, de laboratoire, de département, d’équipes, montage de diplômes et leur coordination, etc.) mais sans la reconnaissance qui va avec. Ils ont vu leur carrière bloquée par le localisme et par les effets pervers de la loi LRU.

Lors des Assises de l’Enseignement Supérieur et de Recherche à l’automne 2012, une question du Snesup portait sur la transformation des postes de MCF-HDR qualifiés en postes de PR. Des sections CNU se sont prononcées en faveur de cette mesure. La Conférence des Présidents d’Université (CPU) s’est également faite l’écho de cette mesure. Au delà de l’injustice que ces personnes subissent, plusieurs arguments plaident en faveur de cette transformation :

1- aucun surcoût financier (la grille salariale des MCF-HC est identique à celle des PR 2ème classe);

2- désengorgement du flux de plus en plus important des MCF-HDR qualifiés par le CNU et candidats à des postes de professeurs par la voie classique du recrutement ;

3- reconnaître un chercheur actif en recherche par rapport à un chercheur démobilisé (certains collègues de notre génération ont abandonné la recherche).

4- la carrière de MCF est accomplie en 22 ans alors qu’un PR de 2ème classe peut espérer continuer sa carrière par un passage au moins en première classe.

Nous, signataires de cette pétition, demandons que l’on examine au niveau national (du CNU et du Ministère) le dossier de ces MCF-HDR qualifiés (parfois plusieurs fois) et qui ont postulé sur des postes de PR (certains à plusieurs reprises). Un recensement national, organisé par le Ministère, permettra de déterminer le nombre de personnes dans ce cas. Nous demandons que leur situation soit prise en compte de manière urgente.

Nous demandons la transformation de ces postes de MCF-HDR qualifiés en postes de PR 2ème classe pour que ces collègues puissent garder leur motivation intacte.

Aucune signature n’est inutile.

(vous pouvez aussi choisir l’option de signer sans que votre nom soit rendu public) ;

signez, faites signer et faites circuler :

 

http://www.petitions24.net/hdr-qualifies

1 commento

Questo sito usa Akismet per ridurre lo spam. Scopri come i tuoi dati vengono elaborati.